5 Capacités indispensables pour éviter les pénuries en rayon

5 Capacités indispensables pour éviter les pénuries en rayon

La disponibilité en linéaires est une nécessité évidente et impérieuse pour les producteurs et distributeurs de biens de consommation. Les taux de disponibilité et de pénurie sont ainsi des indicateurs de performance majeurs. Les consommateurs les premiers ont pu voir comment l’enseigne WholeFoods connaissait aux Etats-Unis des problèmes sérieux d’approvisionnement.

L’ECR (European Customers Response) a évalué le taux moyen de ruptures de stock dans les hypermarchés en France en 2016 à 6,4%, soit 81 millions d’euros de ventes perdues. En plus d’être responsables de pertes de chiffre d’affaire importantes, les ruptures impactent négativement la relation entre industriels et distributeurs, frustrent les clients et réduisent leur fidélité (à la marque ou au magasin), ce qui se traduit par une perte financière sur le long terme.
Cette tendance s’accélère à l’ère du shopper connecté, de plus en plus habitué à ce qu’on lui fournisse exactement ce qu’il veut, où il le veut et quand il veut. L’enseigne SPAR arrive à la même conclusion. Son directeur des opérations internationales, Tom Rose, a annoncé lors du 3PL & Chief Supply Chain Officers Summit 2017 les résultats d’une étude montrant que, face à une rupture de stock, 33% des consommateurs quittent le magasin, 27% achètent le même produit d’une marque différente, 26% n’achètent pas le produit en question, et 9% achètent une variante de la même marque (goût/format différent). Les e-commerçants sont encore plus mal lotis : 45% des consommateurs vont directement sur un site concurrent en cas de rupture pour acheter le même produit (source : étude européenne « UPS pulse of the online shopper » 2015).

les effets negatifs de la rupture de stock

Pour se prémunir des effets négatifs de la rupture, la tentation très répandue est de sur-stocker. L’inconvénient de cette stratégie est qu’elle entraîne deux types de coûts très importants et souvent sous-évalués. D’une part, les coûts directs liés à la détention physique des stocks (logistique, capacités). D’autre part, d’un effet sur la performance commerciale et les marges : l’excès de stock immobilise de la capacité financière, ce qui est un frein à l’innovation en cas de besoin d’adaptation à un changement brusque de demande. Dans le cas d’un ralentissement de la demande pour le produit en excès de stock, une problématique d’écoulement de ce stock restant risque en plus de pousser vers la baisse du prix et donc la perte de marge, voire le gaspillage pur et simple.

les effets negatifs de l

L’équilibre entre l’excès de stock et la rupture est particulièrement difficile à trouver. Voici quelques capacités indispensables pour y parvenir:

1. Avoir une visibilité à jour sur les stocks, intégrant l’impact de la saisonnalité, des promotions et du cycle de vie des produits

C’est le socle de toute stratégie, mais cela peut être difficile à accomplir en pratique. De nombreuses ruptures résultent en effet d’écarts entre le stock indiqué dans les systèmes informatiques et le stock réel. Certains systèmes calculent les stocks sur la base de ventes/sorties hebdomadaires, mais en cas de forte rotation de certains produits durant ce laps de temps, par exemple à cause d’une promotion ou d’un changement brutal de météo, comment les responsables peuvent-ils réagir pour éviter la rupture sans visibilité sur ce qu’il est en train de se passer ? Pour pouvoir anticiper les ruptures à venir, ces informations doivent être disponibles en temps réel.

5 Capacités indispensables pour éviter les pénuries en rayon

 

2. Pratiquer une analyse fine des stocks plutôt qu’effectuer des échantillonnages

Les outils anciens ou rigides conduisent souvent les équipes achats et approvisionnement à devoir gérer les stocks manuellement dans des feuilles Excels, ce qui leur prend énormément de temps et les contraint à se focaliser uniquement sur les SKUs les plus prioritaires au détriment d’autres références, hors radar, qui représentent pourtant également des pertes potentielles importantes de CA. Les outils informatiques modernes existent pourtant pour gérer avec la même précision la totalité du catalogue, sans pour autant y passer plus de temps grâce à une automatisation poussée et l’intégration d’une intelligence business fine.

3. Anticiper les ruptures plutôt que réagir une fois qu’elles sont déjà effectives

Plus vite on sait qu’un risque de rupture existe, plus vite on peut le résoudre avant qu’il ne se concrétise dans les rayons. Cela permet d’éviter le recours à des solutions extrêmement coûteuses comme l’acheminement en urgence de petites quantités de stocks par les airs. Il est aujourd’hui possible d’utiliser des algorithmes pour calculer à la volée les probabilités de rupture en fonction de l’évolution des données issues des différentes sources que nous avons évoquées plus haut. L’objectif est de pouvoir être automatiquement notifié en amont du risque de rupture, de pouvoir identifier dans la foulée les points bloquants dans la chaîne d’approvisionnement et de trouver les alternatives optimales pour éviter que la rupture ne se produise.

4. Faciliter la collaboration et le partage de l’information entre les différents acteurs concernés

Derrière la disponibilité produit idéale, il y a toute une mécanique qui se doit d’être bien huilée. Elle implique différents acteurs : les acheteurs, responsables approvisionnement et directeurs de magasins qui se chargent des commandes et des prévisions; les fournisseurs qui ont la responsabilité de livrer avec ponctualité les quantités demandées; la logistique et le transport, qui doivent assurer l’acheminement dans les délais; et, enfin, le magasin qui doit mettre les produits en rayons. La moindre erreur de l’un des maillons de cette chaîne, surtout si elle est décelée tardivement, peut faire dérailler l’ensemble du dispositif. Ces équipes travaillent pourtant souvent “en silos”, s’appuyant sur de multiples systèmes qui ne communiquant pas ou mal entre eux. Aujourd’hui, dans un contexte d’omnicanalité et de multiples promotions, elles ne peuvent plus se passer d’un outil capable à la fois de partager les informations liées à l’état des stocks, à la demande présente et future, aux flux, aux capacités disponibles et aux potentiels goulots d’étranglement, et de faciliter une action coordonnée en cas de risque de rupture.

5. Pouvoir simuler précisément différents scénarios

Un outil de simulation précis et fiable est le fondement d’une prise de décision rapide et pertinente. Pouvoir simuler des situations et des solutions en affichant immédiatement les capacités de réponse requises et l’impact sur les coûts permet de gagner un temps précieux pour résoudre le risque de rupture tout en s’assurant de toujours optimiser ses moyens en fonction du contexte.

La plateforme ActiveViam rassemble ces différents aspects dans un même outil, la Tour de Contrôle. Elle permet aux distributeurs et industriels de piloter leur niveau de stock et de disposer d’une aide à la décision pour résoudre les risques de rupture avant qu’ils n’impactent la performance opérationnelle.
En savoir plus

ENTRER EN CONTACT

Questions? Vous voulez en savoir plus sur nos solutions?




Follow us: linkedin twitter